Drapeau blanc

Ohé, ohé !

Je voudrais adresser ce billet à tous les ratouphiles de passage ou habitués, qu’ils soient amis, « ennemis » s’ils se considèrent comme tels, « neutres » ou essayant de le rester, ou simples spectateurs.

J’aimerais que nous puissions, tous, arrêter de nous faire la guerre, et d’embarquer dans cette guerre des personnes qui n’ont jamais demandé à y participer.

J’aimerais, à défaut de pouvoir débattre et dialoguer respectueusement sur des idées, des faits, des arguments, que nous puissions au moins cesser de gaspiller notre énergie à nous battre, à nous défendre, à essayer d’esquiver les balles perdues, toujours sur un plan personnel et jamais dans l’intérêt de personne, ni des rats ni des hommes. Je regrette que nous ne puissions nous rendre compte que, peut-être, nous partageons des buts communs… ou a minima, que rien dans ces querelles n’aide personne à progresser vers ses propres buts. Bien qu’ayant essayé jusqu’à très récemment de croire que l’on pouvait confronter nos idées dans le respect des personnes, je me rends compte que cela ne sera pas possible.

Alors, tout simplement, ignorons nous. Tant pis pour les informations et les réflexions que nous aurions peut-être pu partager : la haine les empêchera durablement de s’échanger. Laissons chacun vivre de son côté et faire ce que bon lui semble, au moins.

Je n’arrive pas à concevoir qu’on puisse en arriver à détester à ce point une personne que l’on n’a jamais rencontrée, qu’on en arrive aux insultes, à la diffamation, à la violence, au dénigrement, au chantage, à se réjouir de la souffrance et de la mort d’animaux (!), à la haine pure. Qu’on en arrive à sommer chacun de choisir un camp, et qu’on choisisse de le juger sur ses amitiés, sans nuance et sans le connaître, plutôt que sur ses paroles et ses actes. C’est quelque chose qui m’est réellement étranger et qui me laisse pantoise, incrédule, sidérée. Ce n’est pas ce que je veux, ce que je recherche, ça ne m’intéresse pas, la guerre ne m’intéresse pas. Je crois que c’est le cas de la plupart des membres de la communauté ratouphile. Alors, simplement, signons une trêve.

Je suis extrêmement fatiguée et découragée des derniers mois au sein de la communauté ratouphile, à qui j’ai donné beaucoup de temps et d’énergie (et parfois de l’argent) par sens du service et de la solidarité, et qui m’a renvoyé de formidables moments et des rencontres rares et précieuses, mais aussi beaucoup de haine et de violence. J’ai toujours cherché à être irréprochable dans mes paroles, à défendre mes idées et mes convictions sans dénigrer les personnes, à dialoguer voire collaborer avec des personnes qui, pour ceux qui envisagent la communauté comme telle, « n’étaient pas de ma bande ». J’ai toujours cherché à rester ouverte à des informations dont je ne disposais pas et des contre-arguments auxquels je n’avais pas pensé, j’ai toujours été prête à me remettre en question, et aussi à reconnaître mes torts quand j’en ai eus. J’ai toujours été cohérente et transparente dans mes choix, mes propos et les conseils que j’ai pu donner, et je pense l’avoir toujours fait de manière mesurée et argumentée. Tout cela n’a pas suffi, ne suffira jamais à faire changer d’avis quelqu’un qui a décidé de penser ce qu’il pense. Aussi, je laisse tomber.

Je ne m’exprimerai plus en public sur des sujets polémiques, à moins d’y être invitée nommément et respectueusement. Je garderai le silence devant les insultes et les provocations. Je garderai mon temps pour aimer mes rats et en prendre soin, aimer mes amis et en prendre soin. Je discuterai volontiers en privé avec les personnes qui partagent, non pas forcément mes opinions, mais ma vision de ce qu’est un débat d’idées respectueux. Qui qu’elles soient, amis ou « ennemis », pourvu qu’un tel débat exclue les insultes, diffamations, caricatures, pétitions de principe et autres affirmations gratuites. Mais je n’interviendrai plus dans les débats publics, et je me garderai de tout commentaire sur qui que ce soit.

Et j’invite toutes les personnes qui se reconnaissent dans ce texte à faire de même.

Les « débats » publics qui ont eu lieu dernièrement ont prouvé que nous sommes, collectivement, incapables de confronter nos idées sans nous taper sur la tronche. Alors arrêtons là, arrêtons de blesser notre interlocuteur, de dépasser toutes les bornes qui délimitent normalement des relations interpersonnelles civilisées. Arrêtons de nous sentir personnellement visés et agressés à chaque fois que quelqu’un ouvre la bouche pour exprimer son point de vue. Arrêtons de vouloir embrigader tout le monde dans notre guerre et de leur coller des étiquettes. Arrêtons de voler du temps à nos rats, ce temps que nous passons à écrire des pamphlets partout où nous le pouvons pour mettre un peu d’huile sur le feu, ce temps que nous passons devant notre ordinateur au lieu de le passer au milieu de nos animaux. Arrêtons de décourager les gens de bonne volonté de s’impliquer dans la communauté, de les dégoûter, de les écœurer. Arrêtons de donner de nous-mêmes une image lamentable, une image d’immaturité et de haine.

Puisque nous ne pouvons pas nous parler : ne nous parlons plus.

 

Comme d’habitude, les commentaires resteront ouverts deux semaines sur ce billet (l’expérience prouvant que passées deux semaines, 100% des commentaires reçus sont des spams émis par des robots). Je suis également joignable par message privé sur SRFA, et par le formulaire de contact de ce site. Je ne répondrai cependant à aucun message à caractère agressif.

Il y a 5 commentaires !

  1. Senalina 25 février 2013 at 3:01 |

    Quel dommage d’en arriver là… Je me classe plutôt dans les « neutres », participant dans toutes les communautés et n’ayant de colère pour personne. J’ai finalement choisi de me faire mon avis par moi-même, en secret dans un coin de ma tête, personne ne sait ce que je pense d’untel ou d’untel car mon opinion est privée et tant qu’on ne me la demande pas, je n’ai pas à l’étaler. Ce billet me rends assez triste, dans le sens où des personnes dont l’avis, le sens du respect et les connaissances auraient pu aider décident de ne plus s’impliquer à cause du manque de discernement ou de contrôle de soi d’une minorité (peut importe laquelle). Il est pourtant si simple de tourner 7 fois ses doigts sur le clavier ! Avis aux intrépides: on peut donner son opinion poliment 🙂 Le rat nous réunit et passe en dernier… Quel dommage, nous pourrions tant apprendre les uns des autres. 🙂 A quoi sert la haine et l’acharnement virtuel, le monde est assez pourri comme ça ! Vivons notre passion à fond et uniuement par et pour elle 🙂

  2. Diane 25 février 2013 at 9:26 |

    Merci, tout simplement merci Artefact.
    Tu as tout dit, tout résumé, et je ne pourrais pas être plus d’accord avec toi qu’en cet instant.

  3. Lolotte 25 février 2013 at 11:59 |

    Franchement, je ne comprends pas ce monde dont tu parles. Mais je ne trouve pas étrange ce que tu racontes ayant mis les pieds sur SRFA en 2006 où c’était la chasse aux sorcières de faiseuses de kinder, de guerre des rateries, et de guerre de pouvoir, le cassage de sucre sur le dos des gens et lynchages publiques ET humiliations en tout genre. Bref ça n’a pas changé ça a juste empiré !

    D’ailleurs étant bannie de tous les côtés à cause de l’association que j’ai créée avec notre cher Petit ange, j’ai dû sacrément louper des choses pour que tu en arrives à faire ce billet parce que c’était déjà la grosse merde avant que je n’en sorte part les oubliettes après un bon petit lynchage et humiliation.

    Sur Agorat, on arrive à débattre même sur des sujets très sensibles comme le culling … D’ailleurs l’ERA m’avait proposé de participer aux débats à sa création car elles étaient étonnée d’y retrouver beaucoup d’informations sur la reproduction sur Agorat justement. (j’ai refusé l’offre pour diverses raisons, enfin là n’est pas le sujet)

    Bizarrement, les visites sont en ce moment en augmentation alors qu’elles se sont stabilisées en 2012…

    Franchement merci :D, continue toi et tes copin(e)s à niais d’où vient le problème, ça me rend service !

  4. Artefact 26 février 2013 at 9:30 |

    Merci, Lolotte, d’illustrer aussi bien mon propos…
    Encore une fois et en plus simple : je ne veux pas faire la guerre.

  5. Ronroncarré 1 mars 2013 at 8:03 |

    Amen !

    J’ai mis les pieds dans la communauté ratouphile il y a presque 3 mois, je me trouve déjà en train de déserter pour les raisons que tu évoques plus haut…
    Tout comme Senalina, je fais plutôt partie des neutres.
    J’estime exprimer mes opinions de façon polie et respectueuse, mais ce que je ne supporte plus c’est cette impression constante de devoir me justifier, alors que comme beaucoup j’essaie juste de donner la meilleure vie possible à mes petitous… :/

    Merci pour cet article !

C'est vieux, n'en parlons plus

Top