DTC Backup

Warning, playboy inside.

Je suis parti rejoindre les matelots disparus sur le nuage le 26 août 2012. J’avais seulement 16 mois…

Tout a commencé par une tête légèrement penchée, rien de bien grave en apparence, mais cela cachait une vilaine bactérie qui s’est emparée de mon foie et mes poumons, et m’a coupé l’appétit. Le Capitaine et son second ont veillé sur moi de longues heures, j’ai pu goûter les mets les plus fins et délicats, mais mon petit corps fatigué était devenu si léger que je me suis envolé, laissant mes humains inconsolables…

 

Ma description : Beige irish standard lisse, légèrement argenté, ligne de mannequin, beau et délicat.

Mon poste sur le bateau : Beau gosse, playboy, gravure de mode. Je fais attention à ma ligne, mais je rapporte des stocks de nourriture à l’usage des rats de la plèbe qui passent leur temps à s’empiffrer.

Ma fiche au LORD : DTC25464M

Ma date de naissance : 30 avril 2011.

Mes origines : La tarte au citron chez Ancalimë, là où naissent les meilleurs dans mon genre. Je ne suis pas un roturier, moi, je viens d’un endroit select. Tout est expliqué et raconté ici.

Les gènes que je porte : Les marquages faciaux. J’aurais pu les exprimer, mais de nos jours, c’est tellement vulgaire ! J’ai également une chance sur 2 de porter le mink et le bleu russe. Je porte aussi royalement ma tête, la classe, et une distinction naturelle en toute circonstance.

Mon caractère : Un rat de ma qualité se doit d’avoir un comportement irréprochable. Je ne suis pas qu’un physique ! Je suis aussi un rat noble de caractère, bien élevé, sage, calme et doux, aimable avec tous, indulgent avec les rats n’ayant pas reçu autant de bénédictions que moi. Je consens volontiers à honorer de ma présence et de mes attentions les humains domestiques et à les utiliser comme porteurs.

Mes petites manies : Je dois avouer un petit péché mignon – c’est une inclination qui reste luxueuse, donc je peux me la permettre. J’ai un goût tout particulier pour le poisson. Il se trouve par chance que mes domestiques humains ont quelque talent pour le cuisiner. Un filet de saumon frais cuit à l’unilatérale, accompagné d’un simple riz blanc, m’agrée tout-à-fait. En l’absence des journalistes, je peux même consentir à manger du thon en conserve, bien que cela constitue certainement une impardonnable compromission pour un rat de mon rang.

Ma santé : Elle est parfaite, comme il se doit. Hors de question de souiller mon pelage de rêve avec des éternuements. Aucune trace de porphyrine ne survit à mes minutieux nettoyages. J’ai entendu dire que le cabinet du vétérinaire était un endroit très peu recommandable, fréquenté par la lie du règne animal, il se dit même qu’on y croise des chiens ! Pas question d’aller frayer avec cette racaille.

La santé de ma famille : J’ai une grande et vaste famille, comme en témoignent mes arbres généalogiques. Une telle perfection ne pouvait sortir que d’une longue dynastie d’illustres aïeux. Sur le plan de la santé, c’est une famille plutôt favorisée. Quelques femelles dans la famille de ma mère ont eu quelques problèmes à accomplir cette chose du peuple qu’on appelle « mise-bas » (quel vilain mot !). La sauvegarde de notre sang imposera donc les plus grandes précautions dans le choix de ma future promise.

L’histoire de mon nom : Mon nom est directement hérité de l’histoire de mon adoption. Je ne sais pas si je suis vraiment flatté de m’appeler ainsi, ce n’est tout de même pas très agréable, pour un rat aussi distingué que moi, de se voir rappeler chaque jour que je fus une solution de secours ! Mais cela fait rire les humains, et des domestiques humains de bonne humeur sont toujours plus agréables à vivre et mieux servants. Il faut veiller au bien-être du petit personnel.

L’histoire de mon adoption : Le Capitaine avait choisi un de mes frères. La réservation était posée depuis très longtemps, les humains se battaient pour nous avoir ! Moi, je devais aller conquérir des terres suisses, chez Mel, du Coin des Rats. Et puis il s’est produit un horrible accident, un gros rat du bas peuple a effrayé mon frère Bourbaki et son cœur s’est arrêté d’un coup, il n’avait que 5 semaines. Montrant toute sa noblesse de cœur (c’est le cas chez certains humains), Mel a renoncé à illuminer l’Helvétie de ma beauté et a proposé au Capitaine de m’accueillir en Bretagne, en souvenir de mon frère trop tôt disparu. C’est ainsi que le Capitaine trouva spirituel de me baptiser « Backup », et me ramena de Paris jusqu’à Rennes.

Ai-je des bébés ? Il était bien prévu de faire profiter une demoiselle suffisamment aristocratique de ma royale semence, le mariage était presque conclu, nous n’attendions plus que la maturité de la promise, mais je me suis envolé trop tôt vers les étoiles…

Top