ETR Citizen Kane

Citizen Kane nous a quitté brutalement, sans prévenir, le 8 juillet 2015, d’une crise cardiaque ou une rupture d’anévrisme. Nous n’entendrons plus jamais son grincement de voix, nous ne toucherons plus jamais son poil d’ourson tout doux, nous ne partagerons plus avec lui le plateau de fromages et il n’essuiera plus ses petites pattes sur le rebord du plaid… On lui promettait un bain depuis des semaines, parce qu’il faut avouer qu’il cocottait un peu. Il ne voulait vraiment pas le prendre, ce bain…

Ma description : Burmese sable (base siamois), uni, dumbo, double (cama) rex.

Mon poste sur le bateau : Sparring partner pour matelots suisses (je cours, ils me poursuivent).

Ma fiche au LORD : ETR37559M

Ma date de naissance : 25 septembre 2013.

Mes origines : Denver, Colorado, chez Amy Camarattery.

Les gènes que je porte : Sûrement rien : à plus de 50% de taux de consanguinité, homozygote c’est mon deuxième prénom.

Mon caractère : J’aime mes humains d’amour et je me cramponne à eux dès que je peux. J’aime ma sputnik et je me cramponne à elle dès que je peux. Je suis un peu fayot sur les bords, alors j’aime mon dominant et je me cramponne à lui dès que je peux. Mais ce que je préfère, en France, c’est quand même les fromages qui puent. Je suis même prêt à me décramponner de tout ce que j’aime pour un morceau de morbier fermier, une tartine de St-Félicien, un cube de comté, une lichette de tomme de brebis à la confiture de cerise noire. Quel beau pays, la France.

Mes petites manies : Tous les soirs, vers 20 ou 21 heures, j’aime donner de la voix. Surtout quand Facteur Cheval essaie de me décramponner de ma sputnik. Je le fais savoir en grinçant avec mon plus bel accent américain. Il paraît que ce n’est pas grâcieux, ce qui me semble logique pour un redneck du Colorado. Le Capitaine me compare à une vieille porte mal huilée qui grince. Moi je m’en fous, au moins, c’est efficace.

Ma santé : Rien à signaler jusqu’à maintenant ! Faut juste que je surveille mon cholestérol, avec tout le fromage que je m’envoie !

La santé de ma famille : Excellente, grâce à plus de 20 générations de travail de mon éleveuse, basé sur du linebreeding et une sélection exigeante des reproducteurs. Les rats de ma lignée (la lignée « thème Beatles » d’Amy) vivent en moyenne trois ans et ont très peu de tumeurs. J’ai un frère en France, Gingerbread chez Lorien. J’ai aussi des cousins, les descendants d’Antares One chez Ancalimë, mais la plus grosse partie de ma famille vit au pays de l’Oncle Sam, comme dit le Capitaine (je n’ai pas réussi à savoir qui était cet oncle Sam). Donc c’est moins facile d’avoir des nouvelles, mais on s’envoie quand même des cartes postales de temps en temps.

L’histoire de mon nom : Vu l’endroit d’où je viens, une référence culturelle américaine s’imposait ! Citizen Kane est le titre d’un film d’Orson Wells, un monument de l’histoire du cinéma, mais faut que je vous avoue, moi je ne l’ai jamais vu. Il paraît que c’est un vrai film de cinéphile, donc très long, intello et un peu chiant. Le Capitaine aime bien. J’espère qu’elle ne m’obligera jamais à le regarder en entier…

L’histoire de mon adoption : Une sacrée aventure évidemment, un rat du Colorado ne se retrouve pas en France par hasard ! Ancalimë prévoyait un voyage pour adopter certains de mes cousins et il y avait de la place dans l’avion pour cinq d’entre nous, mais pas chez elle pour autant de rats. Alors elle a proposé au Capitaine de faire partie des heureux adoptants, et le Capitaine a dit oui, même si je suis une « siamoiserie », comme elle dit, parce que c’est pas la couleur qui compte pour elle. Ancalimë et Lorien ont choisi qui elles gardaient parmi les quatre, et puis il restait que moi, et le Capitaine a dit banco et est venu me chercher à Paris un peu après mon atterrissage.

Ferai-je des bébés ? J’ai eu 14 beaux enfants avec DTC Phantom Space Ramen, dont le petit Marquis di Gorgonzola qui est venu sur le bateau. J’ai même été grand-père avant de rejoindre mes ancêtres dans le carré redneck du nuage de gruyère.

Top