Reproduction et responsabilité

NB. Cet article a été écrit en août 2012. Au dernier compte (mars 2016), on dénombre pour Sybille et P’tit Doudou un total de 868 descendants enregistrés au LORD, soit près du double de ce que j’avais compté en 2012, en seulement 4 années supplémentaires. Ce qui est d’ailleurs assez modeste, comparé aux champions, qui en possèdent « déjà »… plus de 3000.

Le choix élémentaire le plus fondamental d’un éleveur est le choix de former, ou non, un couple entre deux rats. L’éleveur débutant a tendance à penser que ce choix n’engage que quelques personnes : lui et ses adoptants, et une poignée de rats : les rats à naître et leurs parents. Rien n’est plus faux. Il faut prendre conscience que former un couple n’engage pas que vous. Cela engage potentiellement toute la communauté : des rats à naître, leurs adoptants, les autres éleveurs, tout le monde est concerné. Et ça fait un paquet de monde, comme je vais essayer de vous le montrer.

C’est pas tes oignons

Dans les annonces de portée sur les forums, en particulier lorsque le choix du couple fait débat et que l’éleveur se fait asticoter, je lis souvent : « ça me regarde », « je fais ce que je veux et j’assume », « c’est mon problème ». Sur les portées litigieuses, quand le potentiel santé des reproducteurs est loin d’être assuré, je lis aussi : « j’assume les risques, s’il y a un problème j’arrêterai la lignée ».

C’est d’une naïveté confondante. Vous allez lancer dans ce monde cruel une poignée de ratons. Le fait qu’ils risquent de souffrir devrait déjà suffire à vous faire réfléchir, mais cela va plus loin que ça : parmi cette poignée de ratons, un certain nombre sera reproduit à son tour. Et pareil à la génération suivante. Il y aura toujours un adoptant pour vous faire des bébés dans le dos, et pour les refiler à des gens sans les prévenir, qui eux à leur tour les feront peut-être reproduire en toute bonne foi. Une portée ça semble rien, mais perdre le contrôle ça va très, très vite. Un couple de rats peut engendrer des centaines, des milliers de descendants.  Et moi, un jour, je chercherai des reproducteurs, et je tomberai sur les descendants des vôtres, partout. Donc oui, c’est aussi mes oignons.

Vous pensez que c’est du flan, que tout ça c’est théorique ? Laissez-moi vous montrer le contraire.

Je ne suis pas la seule à le dire

Avant tout, je dois créditer Nérolie, qui a tout dit avant moi et bien mieux que moi. Permettez-moi de citer Ratlàlà à ce sujet, un texte que j’aime beaucoup et dont je pense qu’il devrait être écrit en lettres d’or dans toutes les rubriques reproductions des forums.

On va faire un petit calcul et après je vous laisse tranquille avec mes histoires : votre ratte est votre chérie, mais elle a tendance à faire des abcès à répétition, le rat de votre copine est son chéri, mais il a tendance à mordre tout ce qui bouge les jours où sa le prend. Vous vous foutez de conséquences vous avez envie d’avoir des petits, et votre copine sado-maso veut avoir un fils de son rat qui lui ressemble (si si, ça existe).
Le mariage se fait, et 10 petits naissent de cette union. Vous en gardez une et vous continuez à vider du pus pour deux ans de plus, et votre copine garde un petit mâle et continue à se faire mordre pour deux ans de plus. Voila toute la conséquence de l’aventure pour vous.
Mais voila, il y a 8 personnes qui vous ont pris des petits! Déjà ils vont pas vous louper en compliments pour les délicieux rattoux qu’il faut vider de leur pus en se faisant mordre… Mais il s’avère que l’un d’entre eux est aussi malin que vous, et propose son mâle à la reproduction dans le coin….. Il lui trouve deux fiancées, et hop 20 petits de plus dans votre ville qui font des abcès et qui mordent! Et chacun d’eux peut encore se multiplier et ainsi de suite….. Très rapidement c’est toute la population de rats de votre région qui va suppurer et mordre, ou pire comme tout les rats ne vont pas déclarer les symptômes : quelqu’un qui a eu la chance de tomber sur un sympa et sain, va se retrouver avec une portée de psychopathes suppureurs, alors que lui a été aussi sérieux que possible dans son choix de parents.
Allons, soyez franc, vous avez pas envie d’être le début de la chaîne? Et pensez que même si finalement votre portée est adorable, ben leur descendant ne le seront sûrement pas. Et quand vous allez enfin chercher des reproducteurs sains, parce que c’est fatigant à la longue, vous vous retrouverez à votre tour avec les descendants psychopathes suppureurs…

Vous allez me dire que c’est abstrait, vous n’êtes pas encore convaincu. Prenons un vrai exemple de la vraie vie et vous verrez que ce n’est pas une blague.

Un cas pratique

Pour tout vous avouer, l’idée de cet article est née tandis que je préparais les dossiers généalogiques de mes reproducteurs. Si nous sommes familiers des arbres généalogiques ascendants, reportant les ancêtres d’un rat (parents, grands-parents…), en revanche nous avons peu l’habitude de nous intéresser et visualiser les arbres descendants, c’est-à-dire l’ensemble des descendants d’un couple. Pourtant, ces arbres sont précieux pour la reproduction sélective : ils nous renseignent sur l’extension d’une famille, les possibles consanguinités, les sources d’informations sur le potentiel de la famille.

En dévidant le fil des ancêtres d’un certain nombre de mes rats, voici l’arbre que j’ai pu reconstruire à partir d’un seul couple, ABC Sybille et ABC P’tit Doudou, mariés par Rattounette en novembre 2006 et mars 2007. Chaque case correspond à une portée (exceptionnellement deux, pour Garen, Kaiser, Eduardowa, Marcel et Michoko) ; son étiquette est le nom du descendant de Sybille et Doudou reproduit (mâle en bleu, femelle en rose) ; il ne faut donc pas oublier qu’à chaque case correspond en moyenne une douzaine de rats, le reproducteur et ses frères et soeurs non reproduits. C’est fait un peu vite, il peut tout-à-fait y avoir quelques erreurs ou omissions (par exemple je n’ai pas noté DTC Tutti Frutti et DTC Blue Suede Shoes car cela ne représente que peu de rats et la branche est éteinte). Un nombre conséquent des rats qui se trouvent au bout des branches ont des enfants en vie et potentiels reproducteurs.

Que voit-on sur cet arbre ? 47 portées, toutes descendantes du même couple, en moins de 6 ans. Cela fait aussi, sauf erreur (probable) de ma part, 425 rats, dont 54 rats après la première génération.

Autant dire que non, le choix de Rattounette de marier Sybille et P’tit Doudou n’était pas juste ses petites affaires à elle. Dans le milieu des ratouphiles les plus impliqués, modérateurs de forums, membres d’associations et autres, nous avons tous eu un de leurs descendants.

Quelques chiffres supplémentaires

Pourtant, on ne peut pas dire que la reproduction ait été débridée non plus : au plus 3 ratons reproduits, parfois deux ou un seul, des branches arrêtées, volontairement ou parce que ça ne se passait pas très bien.

J’avais commencé un petit graphique pour montrer l’évolution de l’effectif à chaque génération, suivant le nombre de rats reproduits par portée, mais pour voir quelque chose dessus il fallait mettre une échelle logarithmique et j’ai pas voulu vous faire peur. Mais prenons quelques chiffres simples. En 6 générations, c’est-à-dire la fenêtre que nous avons sur le cas réel précédent, si 2 petits sont reproduits sur chaque portée, on arrive à 64 rats. Si on en reproduit 3, 729 rats. Si on en reproduit 4, 4096 rats. Si on les reproduit tous, en comptant une moyenne de 12 petits par portée, on arrive à 2.985.984 c’est-à-dire un peu moins de 3 millions de rats.

Evidemment c’est un cas extrême, on ne reproduit jamais tous les rats d’une même fratrie. Mais il faut garder à l’esprit une chose : même si on ne reproduit que deux rats par portée, l’explosion de l’effectif est inéluctable (pour les matheux : toute suite géométrique de raison strictement supérieure à 1 diverge à l’infini). Cela prendra un peu plus de temps, mais n’oublions pas jamais qu’en 10 générations (ce qui n’est rien en « temps-rat », et qui est de plus en plus à notre portée compte-tenu des outils de suivi mis en place), reproduire 2 ratons par portée amène déjà à avoir fait naître un millier de rats. Le seul et unique moyen de maîtriser avec certitude le nombre de descendants, c’est de reproduire un et un seul rat à chaque génération, ce qui n’est pas forcément souhaitable en sélection (car pour sélectionner, il faut pouvoir choisir, et pour pouvoir choisir il faut avoir au moins deux options ; et puis, en cas de problème avec l’unique branche travaillée, tout est perdu).

Ma conclusion à tout ça ? Tout choix de couple doit être fait de manière responsable, car il va avoir des conséquences énormes, sur beaucoup de rats, beaucoup de monde. Et revenir sur un mauvais choix est rapidement complètement impossible.

Notre responsabilité à tous

Quand vous formez un couple, vous ne savez jamais jusqu’où il ira. Mettre fin à une descendance en cas de problème est illusoire. Rattounette avait-elle conscience des conséquences du mariage de Sybille et P’tit Doudou ? Seule elle pourrait nous le dire, mais en tous cas, la formation de ce couple a radicalement changé tout le paysage ratouphile en France aujourd’hui. Il est difficile de trouver deux reproducteurs avec un très bon recul qui ne descendent pas de ce couple ou de quelques autres. Heureusement, c’était une bonne portée. Si ça n’avait pas été le cas, on pourrait faire une croix sur une énorme proportion de nos reproducteurs… ou continuer un massacre. S’il fallait arrêter aujourd’hui, ce serait impossible. Il y aurait toujours quelqu’un pour dire : « j’y vais quand même ».

Certains seront tentés, je vous entends d’ici ne niez pas, de dire que pour pallier ce risque il suffit d’apporter du « sang neuf ». Hélas pour nous, le sang neuf n’existe pas, aucun rat ne sort de la cuisse de Jupiter, et n’importe quel couple reproducteur chez un éleveur professionnel est susceptible d’avoir une descendance au moins aussi vaste que celle de Sybille et P’tit Doudou. La seule différence, c’est que vous ne le savez pas. Aussi, il est important de prendre conscience de sa responsabilité personnelle envers les rats et envers toute la communauté, à chaque fois que l’on décide de former un couple.

Chacun de vos choix compte. Chacun de vos choix aura des conséquences qui pourront toucher des centaines de rats, et des centaines d’humains.

Comme dit Nérolie, voulez-vous vraiment être le premier maillon de la chaîne ?

Top