Une femme dans chaque port

Des femmes ? Sur un bateau ? Vous n’y pensez pas !

Il n’y a pas de femelles chez les Vigies Pirates. Cependant, je propose plus ou moins régulièrement certains de mes mâles à la saillie. Au fil du temps, la communauté a évolué, et les propriétaires de mâles se sont vus de plus en plus impliqués dans les projets de reproduction, au point qu’il est désormais admis qu’une troupe de chromosomes Y puisse avoir ses galons de « raterie ». Tout en ayant finalement un peu de mal à me qualifier ainsi, vous trouverez dans cette rubrique tout ce qui concerne mes activités de reproduction.

Je me permets d’insister car ce point n’est pas toujours compris. Il n’y a ni rates, ni ratons à adopter directement chez moi, sauf exception exceptionnelle. Lorsque je participe à une portée c’est en tant que « papa », en mettant mon mâle en saillie, les naissances et le sevrage ont effectivement lieu ailleurs, chez le ou la propriétaire de la femelle avec laquelle je collabore. Aussi :

  • Si vous cherchez « une raterie à Rennes » ou « en Bretagne » : ce n’est pas ici ! Les bébés ne sont pas chez moi. Dans le meilleur des cas, je peux assurer un covoiturage de chez l’éleveur jusqu’à Rennes, si j’adopte un raton sur la portée (ce n’est pas systématique).
  • Si vous souhaitez pré-réserver ou réserver un raton d’une portée dont le père m’appartient et qui est annoncée ici, sauf mention contraire sur la fiche portée, adressez-vous directement à la raterie où a eu lieu la naissance pour votre demande, ce sera plus simple pour tout le monde, nous examinons toujours ensemble les demandes d’adoption et je ne travaille qu’avec des partenaires dont les conditions d’adoption sont compatibles avec les miennes, donc autant ne pas multiplier les guichets d’entrée. Bien sûr on peut toujours discuter si vous avez des questions à me poser sur la portée, mais je ne traiterai plus directement les demandes d’adoption (encore une fois sauf exception mentionnée sur la fiche portée).

Si cependant vous tenez par-dessus tout à adopter un fils de pirate indépendamment de la date et du lieu de naissance et qu’aucune portée annoncée n’offre de place à la réservation, vous pouvez demander à être inscrit en liste d’attente. Plus de détails sur cette modalité d’adoption dans la partie code d’honneur.

Les choses évoluent rapidement en élevage. Après avoir été en « pause projet » suite à une série d’échecs, on a pu repartir du bon pied et en 2017, je participe activement à un projet de reproduction collectif (avec deux autres rateries) qui est amplement décrit dans les pages de cette rubrique. Je suis également susceptible de faire saillir certains mâles pour soutenir les projets en lesquels je crois chez les autres. Si un de mes mâles vous intéresse, vous pouvez me contacter pour qu’on en discute.

La suite de cette rubrique est divisée en trois catégories, que vous retrouverez dans de petits rectangles bleus au fil de votre navigation.

Code d’honneur

Dans le « code d’honneur », j’ai regroupé ce qui concerne mes principes et méthodes de reproduction au sens large. Beaucoup de rateries parlent de leur « éthique ». Je trouve que c’est un mot compliqué à utiliser, surtout en temps que substantif, encore plus avec un pronom possessif, et qui ne recouvre pas forcément le sens qu’on lui donne dans ce contexte. Je préfère parler des engagements que je prends :

  • devant les naisseurs des rats que j’adopte ;
  • devant les propriétaires des femelles qui rencontrent mes mâles ;
  • devant les adoptants des ratons nés de ces unions ;

et de mes choix d’objectifs et de méthode :

  • mes motivations pour faire saillir un de mes mâles ;
  • le type de projets qui m’intéresse ou que je suis susceptible de soutenir ;
  • mes critères de sélection pour proposer un mâle en saillie ou lui choisir une femelle.

Si vous souhaitez me proposer une femelle, ou connaître mes positions avant d’adopter un raton chez un de mes partenaires, vous y trouverez ici l’essentiel.

De mai 2012 à février 2016, j’ai matérialisé ces engagements en devenant signataire de la charte des éleveurs ratouphiles associés. J’en ai démissionné en février 2016, par besoin de me recentrer sur des projets personnels et de rationaliser le temps et l’énergie investis dans des projets collectifs. Je continuerai d’en respecter les valeurs et l’esprit.

Carte au trésor

Plus précise que le projet général du code d’honneur, plus floue que les abordages prévus, la carte au trésor donne une vision à moyen-terme des portées envisagées, des directions poursuivies et des projets dans lesquels je prévois de contribuer dans les prochains mois ou années. Entre pistes, culs-de-sac et changements de direction, parce que chercher un trésor c’est pas facile et qu’avoir une carte ça aide mais ça ne donne pas toutes les réponses non plus !

Abordages

Une fois exposées ces considérations abstraites, nous passons à la partie pratique : les portées, également surnommées abordages dans le jargon du pirate.

Ayant une activité somme toute plus que modeste, je n’ai pas séparé les portées passées, en cours ou à venir : cela devrait être évident sur la page concernée, et si vous arrivez depuis une annonce sur SRFA, vous savez déjà à quoi vous attendre ! Encore une fois, il ne s’agit pas de portées nées chez moi. Je parle donc des portées de la raterie dans un sens élargi : portées nées de rats vivant chez moi ou leurs descendants lorsque je reste impliquée dans le projet. Etant un « papa » très impliqué, je garde un œil sur les branches ultérieures et je conseille les rateries qui les travaillent. Sans chercher à m’approprier le travail des naisseurs dans ce cas, je trouve légitime de matérialiser mon implication – et cela me permet aussi de centraliser les informations de suivi de la santé familiale dans un but de transparence.

Cela vous permettra aussi de voir comment le code d’honneur précédemment exposé s’applique dans la vraie vie.

Naufrages

La troisième partie de cette rubrique est un peu exotique. L’idée est née d’une excellente page du site de Kam. (les Boufachas : les bonnes raisons de ne pas faire une portée), et d’une discussion avec Ancalimë. On jouait à « qui qu’a la plus grosse poisse » – il faut avouer que la compète est serrée… – et je me disais qu’il serait bien de renseigner nos plus gros ratages. Parce que sur les forums, on parle plus souvent des portées qui se passent bien, et du coup, quand on parle des risques à un nouvel arrivant plein d’enthousiasme qui veut se lancer dans la repro, ça semble un peu abstrait, alarmiste, voire exagérément catastrophiste. Donc, dans cette page, vous aurez mes plus beaux naufrages, mes plus belles histoires de portées foirées dans les grandes largeurs… de quoi réfléchir avant de se lancer, et comprendre pourquoi on voit si peu l’affixe VGP dans ce monde cruel !

Top