ETR Citizen Kane x IND Dido

Citizen Kane et Dido ont consommé leur union le 19 mai 2015 mais malheureusement Dido a fait une pseudogestation. La deuxième saillie a eu lieu le 7 juin 2015… pour une nouvelle pseudogestation. Un troisième et dernier essai a été lancé le 25 juin, avec un petit changement de programme, puisque pour maximiser nos chances j’ai présenté Dido à la fois à Citizen Kane et à Maître Kobayashi, mais ce fut un nouvel échec. Nous n’avons pas souhaité insister au-delà du troisième essai. La portée n’aura donc pas lieu.

La portée naîtra chez Gaëlle D. (alias trovprega) en Mayenne (entre Laval et Vitré). Le sevrage social des petits mâles aura lieu chez moi.

Les parents


ETR Citizen Kane
LORD : ETR37559M
Description : Sable uni dumbo double rex.
Génotype : a/a Bu/Bu ch/ch du/du Re/Re Dw/dw.
Date de naissance : 25 septembre 2013.
Âge à la saillie : 20 mois environ.
Poids à la saillie : 650g.


IND Dido
LORD : IND43490F
Description : Topaze unie standard lisse.
Génotype : A/a Rb/rb C/C Du/Du r/r re/re.
Date de naissance : 11 novembre 2014.
Âge à la saillie : 7 mois environ.
Poids à la saillie : 260g.

Informations complémentaires : Citizen Kane est déjà papa d’une portée avec Phantom Space Ramen qui vient d’avoir 4 mois et donne pour l’instant toute satisfaction, notamment au niveau du caractère. Dido est une femelle calme et casanière, qui ne cherche jamais la bagarre, neutre en hiérarchie, un peu pouiqueuse quand on vient la déranger. Citizen est une adorable moule molle et câline, avec un pouic grinçant qui n’appartient qu’à lui et une tendance « pousse-toi de là que je m’y mette » (en mode « je colle mes testicules sur la tête et je te proute au nez jusqu’à ce que tu me laisses seul dans ma sputnik chérie »), qui ne suffit pas à dissimuler qu’il est touuuut en bas de la hiérarchie. Tous les deux sont en excellente santé.

But de la portée

Cette portée est la première de mon projet de reproduction visant à établir en quelques générations un trio de fondateurs topazes ou beiges cama rex, susceptibles d’être ensuite intégrés à un projet cyclique de consanguinité minimale autour de ce même gène red-eyed dilute.

C’est aussi la portée la plus « borderline » du projet, étant donné le manque d’origines de Dido, qui n’aura échappé à personne. Bien que les règles du LORD conduisent à l’enregistrer sous l’affixe IND, il ne faut pas s’y tromper et je ne me cacherai pas derrière ça : Dido est généalogiquement à considérer comme une rate INC, la seule différence étant qu’elle est née dans une maison chez un particulier et non dans une boîte chez un fournisseur d’animalerie. Ce qui lui donne donc un petit avantage éthique par rapport à une rate d’animalerie, mais pas énormément plus. Le naisseur a pu être joint au téléphone et par mail, il est réactif et répond gentiment, mais les informations délivrées ne sont pas limpides. J’ai pu obtenir le strict minimum de garanties qui m’intéressaient : une photo des parents et une description de la portée, me permettant de vérifier l’absence de tout grand marquage ou marquage facial et l’absence de provenance étrangère type bourse terrariophile. Je doute que nous puissions disposer dans le futur d’informations de suivi, même si le naisseur m’a assuré au téléphone que les parents étaient toujours chez lui vivants et en bonne santé. Je me dois de préciser que, questionné sur leur prénom, il m’a donné une réponse différente (« Max et Zoé ») du titre de la photo qu’il avait transmise à Gaëlle (« Kiwi et Nouka »), donc infos à prendre avec des pincettes (il avait l’air tout-à-fait gentil, mais un peu à l’ouest !).

Je n’aurais jamais fait une portée pareille s’il n’y avait pas à la fois un excellent mâle en face et un projet construit visant précisément à limiter l’apport génétique de Dido dans la suite, via la consanguinité sur les trois mâles du projet (cf. la page de présentation du projet). J’ai choisi Dido pour différentes raisons. D’abord, j’ai eu très peu de propositions, et Dido était la seule qui remplissait mes critères minimum, notamment l’absence de marquage. Ensuite, elle avait le bon âge pour lancer ça sans attendre, avec un bon timing pour gagner du recul sur le mâle le temps que l’autre branche (par Kobayashi et Gorgonzola) se mettre en route. La troisième raison, c’est sa propriétaire ! qui certes débute mais m’a immédiatement semblé être une personne raisonnable. D’ailleurs, pour la petite histoire, Gaëlle souhaitait reproduire Dido il y a quelques mois, mais y avait renoncé sur le conseil de ratouphiles qu’elle avait consultées, et écoutées quand elles l’avaient découragée de faire une portée avec une rate sans origine. Cela me semble être un signe tout-à-fait parlant de sa bonne volonté ! Et j’ai toujours aimé l’idée de mettre le pied à l’étrier des gens qui ont envie de débuter en repro sans faire n’importe quoi. Je dois d’ailleurs glisser un remerciement à Tsukina qui nous a mises en relation. Je n’avais pas à ce moment-là trouvé la deuxième femelle, ni du coup « arbitré » entre Citizen et Kobayashi ; il m’a semblé plus logique de proposer Citizen pour Dido, étant donné que dans le projet c’est un de leurs fistons qui poursuivra le travail, ce qui nous permettra de prendre un poil de recul sur le résultat de leur union.

Prévisions

On fait dans la simplicité sur celle-ci :

  • 50% agouti, 50% noir
  • 100% standard (cama) rex
  • A priori 100% unis, mais peut-être aussi des irish
  • 100% de patates molles et pouiqueuses !

Evidemment tous porteurs RED, c’est aussi un peu le but de l’opération !

Dido porte le bleu russe, mais, même s’il traîne aussi dans la famille de Citizen, je n’en attends pas (en effet, pas de bleu russe sur la portée avec Ramen, alors que nous savons depuis sa deuxième portée que Ramen, elle, le porte). Idem pour le dumbo, absent des maigres infos que nous avons sur Dido.

Au niveau de la santé, étant donné l’absence de suivi généalogique de Dido, je ne cacherai pas que c’est un pari. Bien que Citizen Kane soit un mâle solide, issu d’une lignée travaillée depuis 20 générations dans sa raterie d’origine, il ne faut pas oublier que la première expérience de croisement entre ce pool génétique américain et une famille française (portée d’Antares One et Death the Kid chez Ancalimë) a malheureusement débouché sur des soucis décrits exhaustivement ici. On ne peut pas tirer de conclusion d’une expérience unique, mais cela incite à la réserve. Je ne vais pas promettre des ratons en super santé (on ne peut jamais, de toute manière) ; j’espère qu’ils le seront, et la suite de la lignée de Limë prouve que ce sont des soucis qui peuvent se redresser aux générations suivantes. Je préfère être honnête et j’espère trouver des adoptants qui apprécient cette honnêteté, et qui sont prêts aussi à faire de leurs adoptions un moyen de soutenir des projets (si ça peut motiver les troupes : je saurai m’en souvenir !).

Adoptions

Pour les demandes de réservation, merci de nous contacter Gaëlle ou moi (on traitera les demandes ensemble de toute manière). Vous pouvez nous joindre par message privé sur les forums où nous sommes présentes (SRFA et forum-rats pour moi, forum-rats sous le pseudonyme trovprega pour Gaëlle) et pour ma part, par mail via le formulaire de contact. Les conditions d’adoption sur consultables sur mon site ici en bas de page. Nous n’avons pas mis en place de questionnaire, ce qui ne veut pas dire qu’il faut envoyer une réservation laconique : parlez-nous un peu des futures conditions de vie du ou des ratons. N’oubliez pas de préciser dans votre message la portée qui vous intéresse, étant donné que j’en ai deux en parallèle !

Etant donné le caractère inhabituellement « risqué » de cette portée (plus qu’à mon habitude) et son importance pour mon projet, je serai plus exigeante qu’à l’accoutumée sur deux points :

  • pas de reproduction pour les femelles, sauf excellent projet très bien défendu à me présenter dès la demande d’adoption ;
  • je tiens tout particulièrement à ce que vous soyiez d’accord pour pratiquer une autopsie en cas de décès précoce ou dont l’explication n’est pas simple et évidente. C’est quelque chose que j’apprécie en général sans toujours forcément l’exiger sur toutes les portées, mais sur celle-ci c’est particulièrement important pour moi.

Les petits seront adoptables en main propre sur l’axe Rennes-Laval, à 6 semaines minimum (ce qui devrait nous amener fin juillet ou début août), les covoiturages sont acceptés (mais pas trouvés pour vous !), il y aura sans doute au moins un covoiturage vers Paris. Le tarif sera déterminé prochainement (on a oublié d’en parler avec Gaëlle !).

Les pré-réservations sont actuellement closes. Les adoptants qui souhaiteraient se désister en raison du changement de papa pourront évidemment le faire à la naissance, dès que les pères auront été identifiés (ce qui sera facile en principe, avec les moustaches).

Top